Image
Keyvisual Parallax - Ciril Jazbec
Ciril Jazbec

The Networks of the World Deserve Witnesses

La photographie m’a énormément appris sur le monde.

Cette image fait partie d’un reportage sur la révolution technologique en Afrique de l’Est. C’était un moment vraiment très spécial. Je me souviens qu’au moment où j’ai pris cette photo, je me suis dit qu’elle ne montrait pas uniquement des femmes en train d’utiliser la technologie. Elle était aussi porteuse d’un message : elle montrait un nouveau visage de l’Afrique, et celui-ci changerait peut-être le regard que portait le reste du monde sur le continent. Nous avons couvert des histoires de technologies inspirantes, avec notamment un reportage sur les tablettes BRCK, conçues à Nairobi. La technologie est parvenue jusqu’aux régions isolées d’Afrique – essentiellement sous la forme de téléphones portables relativement bon marché – mais aujourd’hui, les tablettes BRCK offrent de nouvelles opportunités pour les femmes et les enfants du peuple Samburu, au Kenya. Une cinquantaine de femmes Samburu se réunissent chaque semaine pour enseigner et apprendre dans la seule école du village. La communauté prend conscience de l’évolution du monde et souhaite éduquer les plus jeunes, qui quittent souvent la réserve pour s’installer dans les villes voisines. Elles ont accepté leur réalité et veulent préparer la prochaine génération pour l’avenir en leur donnant les outils nécessaires.

The Networks of the World Deserve Witnesses

Image
Keyvisual - Ciril Jazbec
Image
Ciril Jazbec
Capturez l’émotion.
Ciril Jazbec
Image
0001 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0002 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0004 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0005 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0006 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0007 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0008 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0009 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0010 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0011 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0012 Ciril Jazbec On Thin Ice
Image
0013 Ciril Jazbec On Thin Ice

J’ai su dès mon plus jeune âge que je voulais devenir photographe. Il y avait une chambre noire dans mon école primaire, et j’ai commencé à m’intéresser sérieusement au processus. Aujourd’hui, je suis photographe documentaire et je travaille sur des projets à long terme.

Pour faire de bonnes photos, il faut arriver à un point où on maîtrise si bien son art qu’on est prêt à le déconstruire. Le plus important pour moi – et le plus difficile –, c’est de capturer l’émotion. Il faut être parfaitement éveillé et dans le bon état d’esprit. Dès l’instant où on commence à croire qu’on a réussi, c’est terminé. Il faut se lever le matin avec la bonne attitude : travailler dur, avec respect et honnêteté. Faire une belle photo, c’est assez simple. Mais pour créer une œuvre cohérente, il faut maîtriser son art et cultiver une conscience attentive.

Pour moi, la photographie est un mode de vie.

En ce moment, j’utilise le SL2 pour la plupart de mes missions et le M10 pour mes projets plus personnels. Ces deux appareils m’ont accompagné aux quatre coins du monde. En 2013, j’ai remporté le Leica Oskar Barnack Newcomer Award et reçu mon tout premier Leica M numérique à cette occasion. Avant ça, j’utilisais un Leica M6 qui m’a été volé lors d’une mission, quelques mois avant qu’on me remette le prix. Cette récompense m’a ouvert de nombreuses portes et m’a permis de travailler sur des missions de rêve. Pour moi, les appareils photo Leica sont plus que des appareils photo.